bangaldesh


Le Bangladesh, pays de l’eau par excellence est traversé par des fleuves et rivières mythiques, qui en font un des plus importants deltas de la planète, celui du Bengale. Des flottes millénaires, pratiquement inconnues du reste du monde, s’y sont développées, y ont vécu, travaillé depuis toujours dans l’ignorance de tous. Elles se sont presque évanouies. Le moteur a remplacé la voile et l’acier accompagné de la soudure à l’arc ont eu raison d’une grande part des constructions en bois. Ce pays dont on ne parle que lors de catastrophes naturelles dévastatrices a un besoin permanent d’aides de toutes sortes. Comme dans beaucoup d’endroits du monde le bois de bonne qualité est devenu rare et donc cher.
WATEVER, la conjonction de Water et d’Ever, est née de ma rencontre avec Yves Marre arrivé par la mer il y a une vingtaine d’années au Bangladesh avec une péniche qu’il a transformé en structure hospitalière flottante.
Ensemble nous avons fondé Watever. Nous avons la volonté d’aider les populations qui vivent avec l’eau, par l’eau, à trouver de nouvelles solutions techniques et technologiques dans le respect d’un développement économique, sociologique, écologique et culturel.
Un Chantier Naval -Tara Tari- a été construit. Conjointement à la construction navale proprement dite nous avons développé des unités de recherche dans les biomatériaux. En premier lieu la fibre de jute en substitut potentiel à la fibre de verre, moins chère et plus écologique, est en cours de test en vraie grandeur, un bateau 100% jute a été construit. Cette plante est très cultivée au Bangladesh et les tissus techniques produits pour la construction navale de bateaux moulés auront beaucoup d’autres applications. Les bénéfices sont multiples tant pour la construction navale que pour une industrie du jute en grande perte de vitesse.
La richesse de la culture maritime, et le talent des charpentiers de ce pays doivent être préservés. Nous travaillons aussi sur le bambou afin d’élaborer une nouvelle « planche » qui pourra être utilisée pour construire les bateaux en préservant les savoir-faire traditionnels tout en aidant les charpentiers à acquérir de nouvelles techniques. Le bambou pousse vite, il nettoie les sols et absorbe beaucoup de CO2, il a d’excellentes caractéristiques mécaniques. Comme il pousse dans de nombreuses parties du monde il nous permettra de dupliquer en l’adaptant le procédé dans de nombreux pays.
Cette évolution passe par la nécessité de mettre en place des formations à ces nouvelles technologies. Que ce soit en construction moulée ou assemblée, un transfert de compétence basé sur la compréhension et l’adaptation de méthodes aux problématiques locales est progressivement mis en place.
Notre approche consiste à aborder les problèmes d’une façon très large et très en amont tout en étant à l’écoute des besoins. Nous travaillons avec les populations en cherchant à accompagner une évolution plutôt qu’à provoquer un changement, conscient que les bonnes intentions peuvent parfois faire beaucoup de mal.
Notre équipe est constituée de personnes de tous âges, trois générations travaillent ensemble, venant de tous les horizons, animés par la volonté d’agir et de partager avec les populations les plus démunies pour un monde meilleur. Dans ces régions difficiles, à côté des réalisations de terrain, la poésie et les sourires sont partout présents.
Marc Van Peteghem, Avril 2013

Réalisation Romain Claris. 2013 - 24 minutes



selection officielle

Sélection festival international Pêcheurs du Monde. France, 2016
Sélection Photo Independent Art Fair. Hollywood, États-Unis, 2015
Sélection festival Cinéphiles à la barre. France, 2015
Sélection festival Les Toiles de Mer. France, 2014



teaser





bangaldesh







Contact - Mentions légales